On n'demande qu'à en rire
Bienvenue sur le forum de "On n'demande qu'a en rire"
Si vous souhaitez des informations sur l'émission,
ou des simples question venez vous inscrire !
Si vous connaissez pas cette émission,
venez vous inscrire pour la découvrir !
A Bientôt !!


La communauté n°1 sur l'émission On n'demande qu'à en rire diffusée sur France 2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tennis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 30 Avr - 13:26

Soleil Vert, si j'en juge par votre date de naissance (excusez le tutoiement spontané du message précédent), j'en conclus que vous êtes plus ou moins contemporaine de Françoise Durr, la plus grande joueuse française de votre génération (années 60 et 70)? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 30 Avr - 14:09

Au cas où on me trouverait un peu "rude" en parlant de physique ingrat, ce que je me contente d'observer avec tout le respect que je dois à de grandes championnes, voici une photo de 1914 d'Elizabeth Ryan (22 ans, à droite) et Suzanne Lenglen (15 ans!), à gauche.



Le fait qu'on ait parlé du charisme de Lenglen dans les années 20 en dit long sur son tempérament, sa personnalité, et surtout le talent extraordinaire qu'elle a pu montrer sur le court, qui en a époustouflé plus d'un. De nombreuses photos de la joueuse "en action" donnent une idée de son jeu, qui était particulièrement aérien, exécutant une volée tout en ayant les deux pieds décollés du sol. Une hérésie pour tout amateur de tennis! Comment une athlète a t-elle pu allier autant de grâce, d'acrobatie et de précision dans tous les domaines du jeu? Il y a un mystère Suzanne Lenglen, qu'hélas aucun film digne de ce nom ne permet d'étudier à la loupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 30 Avr - 15:49



Tandis qu'en cette fin de XIXème siècle anglaises et irlandaises offrent d'intéressantes rivalités au Royaume-Uni, une autre irlandaise résidant à New York, Mabel Cahill, en profite pour être la première étrangère à remporter le championnat des Etats-Unis en 1891 (dépossédant Ellen Roosevelt de son titre), et conservant ce titre l'année suivante dans un match acharné de cinq sets face à l'américaine Elisabeth 'Bessie' Moore - cette dernière, alors âgée de 16 ans, est une future grande championne qui remportera le titre quatre fois, en 1896, 1901, 1903 et 1905. De retour en Irlande, Mabel Cahill (photo) curieusement n'étoffera pas son palmarès, passant probablement à autre chose, dont on ne sait rien. Intéressant, hein? clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VieuxDebris
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 669
Date de naissance : 14/05/1950
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 67
Localisation : Hte Saone

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 30 Avr - 16:53

Ça n'est pas du tout ennuyant Honeymoon c'est même passionnant, prendre l'angle du tennis féminin ne m'étonne pas vraiment de ta part. Laughing

La photo de Ryan et Lenglen est un véritable cours d 'histoire à elle seule affraid Je crois qu'on gagne deux mois d’espérance de vie par an, ça l'illustre assez bien le crois... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aupaysdublues.com/
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 30 Avr - 21:13

En 1897 s'ouvre le championnat national de France féminin... Apprêtez-vous à une bonne partie de rigolade. clown

Par exemple, la championne de 1898 et 1899 s'appelle Adine Masson, et elle était toute seule. Il n'y a eu aucun match. Véridique!!! Idem pour Hélène Prévost en 1900.

On manque d'éléments d'information, mais il y a fort à parier qu'en cas de finale répertoriée, elles devaient n'être que deux à avoir concouru.

Ceci étant dit, le Wimbledon féminin de 1890 n'avait eu que quatre joueuses, mais c'était mieux que rien. clown

Bref, pas sûr que les noms des premières gagnantes du championnat de France de tennis soient dignes d'être retenus. Adine Masson collectionne cinq titres entre 1897 et 1903, dont deux remportés toute seule. Elle a peut-être joué toute seule, remarquez bien, en allant de chaque côté du filet pour rattraper la balle, et dans ce cas ce fut assurément une performance. On a aussi une certaine Kate Gillou qui a gagné quatre titres entre 1904 et 1908, puis une certaine Jeanne Matthey qui a pris le relais de 1909 à 1912. Celle-ci a peut-être un peu plus de crédibilité, puisqu'elle vainquit Germaine Régnier en 1910 et Marguerite Broquedis en 1911, et on sait de source sûre que ces deux adversaires ne furent pas n'importe qui. L'une, après avoir épousé un anglais, continuera de jouer sous le nom de Germaine Golding et disputera Wimbledon en 1922 (et perdra trois finales consécutives du championnat de France face à Suzanne Lenglen).



L'autre, Marguerite Broquedis puis Marguerite Billout (du nom de son époux, évitez la prononciation ch'ti), gagnera le French en 1913 et 1914, dont ce dernier face à la toute jeune Lenglen en trois sets, mais s'illustrera aussi remarquablement à Wimbledon et aux Jeux Olympiques.



Elles sont pas mignonnes, nos petites françaises? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mer 1 Mai - 12:09

Tandis qu'en cette fin de XIXème siècle les anglaises Lottie Dod, Blanche Bingley Hillyard et Charlotte Cooper Sterry dominent le tennis féminin d'Europe, la première grande championne américaine (voire la seule du XIXème siècle), avant Bessie Moore ou Marion Jones, pourrait bien être une certaine Juliette Paxton Atkinson.



De 1894 à 1902, elle a remporté les championnats des USA trois fois en simple, sept fois en double (dont cinq d'affilée avec trois partenaires différentes, dont sa sœur Kathleen), et trois fois en double mixte. Elle remporta aussi de nombreux tournois américains en dehors de l'US Championship (futur US Open), et était particulièrement invincible en 1897 et 1898, années où elle remporta l'USC, face à Moore et Jones respectivement. Elle y disputa d'ailleurs quatre finales d'affilée de 1895 (année de sa première victoire) à 1898.

Je suis tombé sur un étonnant compte-rendu de la finale de 1898 qu'elle remporta face à Marion Jones (dont nous avons parlé quelques pages plus haut) sur le score de 6-3, 5-7, 6-4, 2-6, 7-5. Comme il est en anglais, je vous le résume en français.

Marion Jones menait 5 jeux à 3 dans le dernier set, et obtint une balle de match sur son service, 40-30. Durant l'échange la balle d'Atkinson heurta une autre balle qui était restée sur le court du côté de Jones, empêchant donc Jones de négocier le rebond. A l'époque il n'était pas rare que des balles traînaient sur le court, la vigilance des ramasseurs n'était pas celle d'aujourd'hui, et apparemment les règles pas encore parfaitement établies sur ce genre de cas (aujourd'hui, dès que quelque chose traîne sur le court, papier, oiseau, etc, le jeu est stoppé et le point rejoué), si bien que le point fut considéré comme gagné, ramenant le score à égalité. Atkinson finit par prendre le service de Jones pour revenir à 4-5. Jones eut cependant encore quatre balles de match dans le dixième jeu, sur le service d'Atkinson, dont l'une d'elles créa une grande confusion sur le court, puisqu'Atkinson sortit une balle que l'arbitre ne vit pas, et décida de juger bonne. Finalement, Jones perdit le match.

Les journaux de l'époque rapportent que ce fut la plus belle finale de l'USC jamais disputée jusque-là.

Il semble que Marion Jones ait été une habituée des matchs marathon, ayant perdu également une finale interminable en 1901 face à Bessie Moore sur le score de 4-6, 1-6, 9-7, 9-7, 6-3, avant que celle-ci ne dépossède Myrtle McAteer de son titre en challenge sur le score de 6-4, 3-6, 7-5, 2-6, 6-2.

Effrayées par la longueur de ces matchs, les instances officielles décidèrent de ramener les scores au meilleur des trois sets pour les prochaines éditions. Les matchs féminins au meilleur des cinq sets aux USA n'auront ainsi duré que de 1891 à 1901.

On perd plus ou moins la trace de Juliette Atkinson après 1902, il semble qu'elle ait essayé à cette époque de faire carrière au cinéma.


Dernière édition par Honeymoon le Dim 5 Mai - 6:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mer 1 Mai - 15:04





Quelques photos des premières championnes de Wimbledon d'avant la première guerre mondiale, de gauche à droite de haut en bas:

1. Maud Watson (assise sur la droite). Première championne, a remporté les titres de 1884 et 1885.

2. Blanche Bingley (épouse Hillyard). Six titres: 1886, 1889, 1894, 1897, 1899, 1900. Meilleure joueuse de son époque, mais derrière Lottie Dod qui l'a battue dans les cinq finales qu'elles ont disputées.

3. Lottie Dod. 5 titres: 1887, 1888, 1891, 1892, 1893.

4. Charlotte Cooper (épouse Sterry). 5 titres: 1895, 1896, 1898, 1901, 1908. 3ème meilleure joueuse de son époque derrière Dod et Bingley. Elle fut la première à servir par dessus l'épaule, et avait un jeu plus agressif, montant volontiers au filet. Elle devint sourde à 25 ans, mais cela ne l'empêcha pas de continuer à jouer.

5. Muriel Robb. N'a gagné qu'un seul titre, en 1902, mais de brillante façon, éliminant coup sur coup Dorothea Douglass, Agnes Morton, et Charlotte Cooper dans le challenge final.

6. Dorothea Douglass (épouse Lambert Chambers). La plus titrée (7 trophées): 1903, 1904, 1906, 1910, 1911, 1913, 1914. J'ai choisi une photo la montrant sous son meilleur jour (il en va de même pour les autres d'ailleurs). Sinon vous prenez John Cleese, lui faites enfiler une robe et une perruque, et vous obtenez Dorothea Lambert Chambers. clown

7. Dora Boothby. Un titre, en 1909. Si j'en juge par les photos, sa plus grande rivale fut sa chevelure, à moins que ce ne fut stratégique pour impressionner l'adversaire.

8. Ethel Thomson (épouse Larcombe). Un titre en 1912. Excellente joueuse, remarquable au filet, elle était aussi championne de badminton. Sa faiblesse était sa condition physique, elle tenait rarement la longueur, malgré un jeu brillant, parmi les tous meilleurs de l'époque selon les témoignages, à commencer par ceux de Dorothea Douglass dans son livre de conseils et souvenirs tennistiques. Ses photos laissent aussi soupçonner une stratégie capillaire, quand on sait que le fou rire diminue considérablement la tonicité musculaire de l'adversaire.

Je n'ai pas trouvé de photo de Lena Rice, la nerveuse irlandaise qui remporta le titre en 1890 (elle fut à cette occasion, dit-on, la première joueuse à effectuer un smash). Je n'en poste pas de May Sutton, l'américaine, ce sera pour plus tard éventuellement. Après son détour par l'Europe où elle joua de nombreux tournois (dont Wimbledon remporté deux fois, en 1905 et 1907 face à Douglass), Sutton déclara que la joueuse anglaise qui lui posa le plus de problèmes fut Charlotte Cooper.


Dernière édition par Honeymoon le Ven 3 Mai - 5:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mer 1 Mai - 15:34

Superbe mouvement d'Ethel Thomson pour effectuer un smash, au cours d'un double mixte de badminton vers 1910. On peut comprendre que ce sport qui demande beaucoup de prestance et de vélocité, ait pu influencer le style offensif de son jeu de tennis.



Dernière édition par Honeymoon le Ven 3 Mai - 5:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soleil vert
Membres
Membres


Féminin Messages : 62
Date de naissance : 07/03/1949
Date d'inscription : 22/04/2013
Age : 68
Localisation : cannes

MessageSujet: Re: Tennis   Jeu 2 Mai - 12:52


Géniales ces photos et ce reportage digne d'un pro, Honeymoon !
Pour répondre à ton message du 30 avril, je n'ai jamais eu l'occasion de voir jouer Françoise DÜRR. Elle a gagné son premier Roland Garros en 1967, elle avait 25 ans, moi 18. Période au combien riche mai 68 puis les premiers pas de l'homme sur la "moon" et ta naissance, le tout en 69 ! Nous n'avions ni la télé ni internet (bien sûr) dans nos chambres d'étudiants (ni eau chaude etc... pour certains) et le tennis n'était pas notre préoccupation première... F.Durr qui, comme tu l'as dit je crois, a été N°1 française durant toute sa carrière, a disputé son dernier match officiel en 1984 ( toujours à Roland). Je ne sais pas si elle vit toujours aux États-Unis (?)
C'est moi qui aie pris la liberté de te tutoyer la première je ne peux donc que t'engager à poursuivre dans la ... "spontanéité" ! J'ai vu que tu t'exprimais avec tout autant de talent dans bon nombre d'autres rubriques. Bravo et bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Sam 4 Mai - 3:05

Merci Soleil Vert. Pour Françoise Dürr, je crois qu'elle vit toujours aux Etats-Unis, si j'en juge par l'accent anglais qu'elle conserve dans une interview récente. Elle fait partie du comité de la Fédération internationale du tennis féminin si j'ai bien compris. Dans cette interview, elle évoque passagèrement l'évolution du tennis féminin: à son époque, années 60-70, elles étaient une trentaine dans le tableau des grands tournois, dit-elle (elle exagère ou sa mémoire lui fait défaut, elles étaient plus de soixante, quand même, si j'en juge par les tableaux des tournois du grand chelem) alors qu'aujourd'hui, des pré-qualifications doivent se faire sur des centaines de compétitrices! La compétition est bien plus dure et le niveau des joueuses de bien plus haut niveau, ce qui n'est pas surprenant, mais permet de relativiser la domination des championnes d'antan, de Suzanne Lenglen à Steffi Graf. Une championne d'aujourd'hui, comme Serena Williams, n'en a que plus de mérite - même si à titre personnel je ne suis pas fan de son style de jeu, ni de ses cris amplifiés sur les points critiques, où la rage de vaincre devient plus insupportable qu'admirable à mon goût. C'est Monica Seles qui a lancé ça, hélas, et bon sang, ce que Sharapova peut me taper sur le système à chacun de ses matchs! Je n'en admire que davantage les joueuses qui ne hurlent pas, qui s'imposent avec classe, avec style... J'ai vu il y a quelques semaines sur YouTube une rencontre sublime, magnifique, entre Justine Henin et Elena Dementieva. Deux joueuses admirables, intelligentes, fair play, qui font honneur au tennis et à la noblesse du sport en général.


Dernière édition par Honeymoon le Sam 2 Nov - 9:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Dim 5 Mai - 4:30

Quel était le niveau de jeu des joueuses du XIXème siècle et d'avant-guerre (celle de 14)? C'est évidemment une question qu'on se pose régulièrement lorsqu'on explore les archives du passé. Est-ce que Lottie Dod m'aurait mis une raclée? Je n'en sais fichtre rien. Toujours est-il qu'elle faisait du tir à l'arc, une discipline qui n'est pas à la portée de tous - je crois savoir que tendre la corde n'est déjà pas une mince affaire.

De même, au jeu de la question "quelle est la plus grande joueuse de tous les temps?" on ne saurait que répondre que tout est relatif. Chaque championne n'ayant pu QUE faire ce qu'elle pouvait faire à l'époque qu'elle a vécue. Il est évident qu'il faut tenir compte de nombreux paramètres.

Aujourd'hui, les tournois majeurs sont ceux du Grand Chelem. Tous les champions s'y retrouvent, ce sont des rendez-vous prestigieux à ne pas manquer. Au Roland-Garros de cette année, toutes les meilleures joueuses du monde seront présentes, sauf une, blessée. Il n'en était rien par le passé, et ne parlons même pas du XIXème siècle, où ne serait-ce que faire le voyage de Londres à Dublin était une épreuve. Si on replace les choses dans leur contexte, il est assez arbitraire de dire que, par exemple comme je l'ai dit plus haut, les championnes de Wimbledon étaient les meilleures d'Europe. Il n'y avait pas que Wimbledon: Wimbledon n'était ni plus ni moins que les championnats d'Angleterre, il y avait aussi les championnats d'Irlande, dominés au XIXème siècle par Louise Martin. Louise Martin n'a jamais remporté Wimbledon, mais a remporté neuf fois les championnats d'Irlande, en y battant Lottie Dod, Blanche Bingley ou Charlotte Cooper. Son rang était égal à celui des anglaises. De même, il faut savoir qu'à partir de 1911 il y aura des championnats du monde "couverts", jusqu'en 1923 environ, qui se joueront sur bois (surface dure, propice, comme l'herbe mais contrairement à la terre battue, aux jeux d'attaque), en France comme en Angleterre. Ces tournois étaient à l'époque plus prestigieux que les championnats des Etats-Unis. Il était d'ailleurs plus courant de voir des américaines venir jouer en Europe que l'inverse. Et il faut croire que la surface en bois avait aussi ses spécialistes, puisque ce sont des anglaises qui dépassèrent rarement le stade des demi-finales à Wimbledon, telles Maud Shackle et Edith Austin, qui gagneront quatre à cinq fois d'affilée cette épreuve.

En cherchant quelques résultats de compétitions externes ou annexes, on se rend aussi compte que les Adine Masson ou Kate Gillou (épouse Fenwick) dont je me moquais gentiment un peu plus haut, n'étaient pas championnes par hasard, même si on leur décerna éventuellement un trophée sans qu'elles jouent un seul match aux championnats de France.

Qu'aurait donné une rencontre entre Elisabeth Moore, quatre fois championne des USA entre 1896 et 1905, et Charlotte Cooper? Difficile à dire, mais il y a fort à parier que le match aurait été serré. La première à avoir fait la différence à un niveau mondial est, comme je l'ai signalé dans mon premier message sur le sujet, l'américaine May Sutton (épouse Bundy). Devenue championne des USA en 1904 après avoir battu Moore en deux sets secs en finale, elle est en 1905 venue battre les anglaises, l'une après l'autre, à Wimbledon, dont Dorothea Douglass en finale. Elle fut la première joueuse à pouvoir prétendre être la meilleure du monde, pour avoir fait le déplacement, et défié d'autres championnes dans leur jardin.



Cette photo ne paie pas de mine, mais May Sutton fut une joueuse redoutable, plus rapide qu'on ne le suppose en voyant sa taille, et donnant beaucoup d'effets à ses coups. Avec ses trois soeurs (dont Florence, sa partenaire de double), elle avait non seulement dominé le tennis californien, mais aussi intégré une équipe de basket au plus haut niveau, invaincue jusqu'en 1900 du côté de Pasaneda. En 1912 elle épouse le tennisman Tom Bundy, et stoppe assez tôt sa carrière en devenant mère de famille, mais fera un retour au tennis bien des années plus tard.

Sa plus grande rivale était aussi d'origine californienne et s'appelait Hazel Hotchkiss. Elle s'installera à Boston en épousant George Wightman (en 1912 également), et créera sous ce nom la Wightman Cup, ancêtre de la Fed Cup, dont l'objectif était d'organiser des rencontres au plus haut niveau entre les joueuses anglaises et américaines. Hotchkiss fut, avec Ethel Thomson et Elizabeth Ryan, une des premières attaquantes du tennis féminin, montant volontiers au filet. Dévouée au tennis, elle entraînera aussi d'autres championnes, dont la légendaire Helen Wills. Hotchkiss remporta les championnats des USA trois ans d'affilée, de 1909 à 1911, puis encore en 1919, sans parler d'innombrables victoires en double.




Comment ces joueuses ont-elles pu jouer pleinement au tennis dans de telles tenues? Mystère! Ce n'est peut-être pas un hasard si les plus grandes championnes furent aussi souvent celles qui osèrent se présenter dans des tenues plus légères (Lottie Dod, May Sutton, Suzanne Lenglen, jusqu'à l'arrivée d'Helen Jacobs en short), faisant évoluer le tennis vers la dimension sportive qu'exigeait le goût de la victoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Lun 6 Mai - 9:41

Dorothea Douglass Lambert Chambers fut la plus grande joueuse anglaise du début du XXème siècle, et pour tout dire d'avant-guerre, si on en juge par les 7 Wimbledon remportés de 1903 à 1914. En 1910, elle publia un livre (beaucoup de joueurs faisaient de même à l'époque) intitulé Lawn Tennis for Ladies (Tennis sur gazon pour dames), qu'on peut lire intégralement en ligne ici. L'ouvrage se divise en différents chapitres. Ceux qui concernent les conseils techniques et psychologiques ont passablement vieilli, mais ceux qui offrent des détails concernant l'équipement, les terrains, les conditions dans lesquelles se déroulaient les tournois sont très intéressants, et tout aussi intéressants les souvenirs de matchs évoqués dans le sixième chapitre. A propos de certaines joueuses, Douglass, évoquant ses débuts de compétitrice, souligne que l'irlandaise Louise Martin possédait les meilleurs coups qu'elle ait jamais eu à combattre. Elle parle aussi de la "défunte" Muriel Robb, ce qui m'intrigua suffisamment pour me renseigner davantage sur cette dernière, vu qu'elle remporta Wimbledon en 1902 en venant à bout des meilleures joueuses du moment, et ne fit plus parler d'elle par la suite. J'ai ainsi appris qu'elle s'était retirée de la compétition dès 1903 et mourut en 1907, à moins de vingt-neuf ans, d'une maladie inconnue. Sur son style de jeu, il est dit qu'elle fut la plus puissante de toutes les joueuses, plus puissante même que tout autre joueur masculin de son temps, en coup droit et service joué par dessus l'épaule, mais qu'elle avait par contre un faible revers, et un manque de constance. Elle était de grande taille et frappait ses coups à plat. Douglass évoque aussi le plaisir des voyages effectués en Europe: Monte-Carlo, Cannes, Nice, Hambourg, Baden-Baden, Dinard... et notamment un voyage à travers l'Allemagne effectué en compagnie des époux Hillyard (Mr Hillyard était l'organisateur de Wimbledon et sa femme, Blanche Bingley, une de ses plus grandes championnes) et d'une certaine May Lowther, au curieux surnom de 'Toupie' Lowther, qui conduisait la voiture. Cette 'Toupie' Lowther n'a jamais remporté de tournois majeurs (sauf les championnats du monde sur bois dont j'ai parlé plus haut), mais on peut voir son nom dans les phases qualificatives de Wimbledon, donnant du fil à retordre (cela s'observe aux scores serrés) aux meilleures joueuses de son temps. Les chroniqueurs parlent d'un personnage haut en couleur, d'un tempérament de feu, d'un jeu brillant et audacieux, qui aurait pu égaler celui d'une Suzanne Lenglen s'il n'avait été si souvent victime de sa nervosité.

Douglass parle aussi du plaisir de jouer au tennis sur un vrai court de gazon (à savoir, parfaitement entretenu, comme à Wimbledon), un plaisir qu'on ne peut imaginer tant qu'on n'en a pas fait l'expérience. C'est mon cas: je n'ai jamais joué sur un vrai court de gazon, et je ne doute pas une seconde que ce soit un vrai bonheur. A ce propos, si son livre s'intitule Tennis sur gazon pour dames, il n'en reste pas moins qu'on jouait déjà au tennis sur de nombreuses surfaces différentes à l'époque (comme elle le signale elle-même dans son livre): herbe, bois, asphalte, ciment, gravier, sable...


Je finis par un détail aussi intriguant qu'amusant. Dans ce livre on voit une photo qu'avait envoyée May Sutton à Dorothea Douglass, sous-titrée: "My sisters and myself" (Mes sœurs et moi). Je disais qu'elles faisaient partie d'une équipe de basket, en ajoutant, pour plaisanter: "sans être noires pour autant" (vu que les noirs dominent le basket américain depuis longtemps). Et bien sur la photo, il semble bien qu'il y ait une femme noire au milieu! clown



Dernière édition par Honeymoon le Jeu 9 Mai - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Lun 6 Mai - 11:56



Le cas Toupie Lowther (photo ci-dessus), sur laquelle je viens de faire des recherches, nous mène bien au delà du tennis. Tout comme Lottie Dod, elle fut une sportive accomplie et ne fut pas que joueuse de tennis (ou de badminton ou de basket), mais aussi une femme libre, courageuse, fière, spirituelle, attachée aux valeurs de l'héroïsme, et assumant sa masculinité. De sa vie, on pourrait faire un film. Elle fut une championne d'escrime, pratiquait le ju-jitsu, fut une des premières femmes à conduire une moto, et dirigea une ambulance de femmes durant la première guerre mondiale en France. Une anecdote raconte qu'elle se fit arrêter par la police pour s'être déguisée en homme, et une autre fois pour s'être déguisée en femme! Elle fréquenta des artistes, ne cachait pas son homosexualité, et son nom est sur la liste d'un salon parisien de l'écrivain américain Natalie Barney, qui avait fondé en 1909 Le Temple de l'Amitié, réunissant toute la flore saphique du monde artistique et intellectuel. On trouve ainsi le nom de Toupie Lowther parmi ceux de Sylvia Beach, Djuna Barnes, Mina Loy, Colette, Nancy Cunard, Janet Flanner, Radclyff Hall, Nadine Hwang, Zita Jungman, Marie Laurencin, Liane de Pougy, Gertrude Stein, Alice B. Toklas, Renee Vivien, Virginia Woolf... La plupart de ces femmes, mis à part quelques cas excessivement virils, ne manquaient pas de charme, à commencer par Natalie Barney elle-même si j'en juge par cette photo:



Ci-suit un petit mot de Colette à son amie Natalie...



Toupie Lowther, qui était du genre garçon manqué mais dotée d'une voix mélodieuse, était surnommée "Brother" par le peintre Romaine Brooks (qui fut la compagne de Barney pendant près de 50 ans). Dans les années 20, Toupie Lowther fut décorée de la Croix de Guerre pour son action française durant la première guerre, et finit ses jours discrètement en Angleterre, où elle s'éteint en 1944, à l'âge de 69 ans. Son surnom de 'Toupie' n'a jamais été expliqué. Mon idée est qu'elle devait être du genre girouette, touche-à-tout, ne sachant pas tenir en place, passant d'une discipline à une autre. Et malgré tout ce qu'on a pu recueillir comme infos sur elle, on ne sait finalement que peu de choses - c'est dire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Lun 6 Mai - 17:57

Tandis qu'une adolescente de quinze ans nommée Suzanne Rachel Flore Lenglen (prononcez Langlenne) commence à faire parler d'elle en France (il faut trois sets à la n°1 française Marguerite Broquedis pour la battre en finale des championnats de France), la guerre éclate, et de 1915 à 1918, il n'y aura pas de Wimbledon, ni de tournoi de France jusqu'en 1919. Seuls les championnats des Etats-Unis continueront, jusque-là dominés par une certaine Mary Kendall Browne, qui a remporté l'épreuve trois fois d'affilée de 1912 à 1914, rééditant ainsi l'exploit de Hazel Hotchkiss Wightman des trois années précédentes. Qui fera mieux? Une femme venue de nulle part, du grand Nord de l'Europe, la Norvège.



Cette superbe photo résume à elle seule le personnage: une terreur des courts au coup droit dévastateur. Elle a pour nom Anna Margarethe Bjurstedt, et s'est installée à New York en 1915 comme masseuse. Néanmoins, elle pratique le tennis depuis longtemps dans son pays, et cherchant à s'améliorer est passée par divers pays d'Europe avant de gagner les USA. S'engageant dans la compétition dès 1915, alors qu'elle est loin d'avoir convaincu les connaisseurs, qui lui trouvent un service trop faible et un style trop rudimentaire, elle élimine tous ses adversaires l'une après l'autre avant de remporter le trophée, sans faire de détail! Et elle réitérera l'exploit en 1916, 1917 et 1918 - excusez du peu! En fait, Cette Anna Bjurstedt dite 'Molla' Mallory (du nom de son époux), préfigure un modèle de joueuse incarné aujourd'hui par une Serena Williams, bien que Serena Williams soit quand même beaucoup plus technique et chevronnée, pas rudimentaire pour deux sous! Ce qui fait de Molla Mallory une "winneuse" (comme on dit), c'est son tempérament, sa combattivité, et son goût du punch. Elle n'aime rien tant que fixer son adversaire et la laisser sur place en décochant un coup droit d'enfer, fouetté de haut en bas. Cela, et puis un physique à tout épreuve, qui la fait s'arracher sur chaque point, et sembler infatigable. Nombreux sont les témoignages qui parlent d'une joueuse dont l'attitude paraît carrément belliqueuse sur le court, le regard noir, l'air défiant. Voilà une joueuse qui aime la bagarre, et qu'affronter n'est pas une partie de plaisir. Seuls deux phénomènes d'après-guerre sauront dompter ce fauve: Suzanne Lenglen et Helen Wills.


Dernière édition par Honeymoon le Mar 7 Mai - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VieuxDebris
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 669
Date de naissance : 14/05/1950
Date d'inscription : 14/03/2012
Age : 67
Localisation : Hte Saone

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 7:49

Marrant la joueuse May Sutton avec son petit nœud dans les cheveux. J'ai connu une championne de tir à l'arc, une relation de boulot et maîtresse femme, je pourrais presque écrire un roman à son sujet, mais moi elle me faisait un peu peur..... affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aupaysdublues.com/
soleil vert
Membres
Membres


Féminin Messages : 62
Date de naissance : 07/03/1949
Date d'inscription : 22/04/2013
Age : 68
Localisation : cannes

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 9:28

Passionnant, Honeymoon ! Tout ceci mériterait un plus large public...
Pour rebondir sur ton message du 4 mai 2013 (3h05) je dois dire que tu es une des rares personnes à considérer comme moi que Caroline Wozniacki est une des championnes les plus talentueuses et je me régale à la voir jouer (je note quand même qu'elle n'a pas passé le 1er tour à Madrid)
J'ai adoré Steffi Graf et Kim Clijsters et n'aime pas du tout que l'on égratigne ... Maria Sharapova, que j'ai tendance à porter aux nues ! Beaucoup d'admiration aussi pour les soeurs Williams.
Côté Bartoli, même avis que toi, trop limitée. C'est plutôt elle que je trouve horripilante mais je suivais avec attention Aravan Rezai qui me semblait prometteuse et que j'avais plaisir à voir jouer avant qu'elle ne soit brisée par son entraîneur de père...
Par contre, je me dois de réagir sur tes commentaires concernant les " hurlements" des joueuses et je vais essayer de te faire passer qqs réflexions sur le sujet dans un prochain message ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soleil vert
Membres
Membres


Féminin Messages : 62
Date de naissance : 07/03/1949
Date d'inscription : 22/04/2013
Age : 68
Localisation : cannes

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 10:07

Selon un étude du Dr Dennis O'Connell rapportée par le journal Canadien " National Post ", les bénéfices des cris sur le court de tennis sont réels. Ce professeur de physiothérapie à l'université Hardin-Simmons à Abilène au Texas, estime qu'une joueuse augmente la vitesse de son service de plus de 4 miles par heure, soit plus de 6,4km/h, lorsqu'elle crie.

Voici une (tentative d') explication du cri, du « han-han » du bûcheron au moment d'abattre la cognée, au cri du sportif ( lanceur de disque, poids, javelot… adepte des arts martiaux, Karaté …Tennisman ou woman etc …)

C'est l'air qui, éjecté violemment du larynx de manière réflexe ou pas, module un cri. Cette expiration forcée s'effectue de manière simultanée avec la contraction des muscles abdominaux ( grands droits, obliques, transverse) et, dans une moindre mesure, des muscles intercostaux externes. la contraction de ces muscles solidarise la ceinture pelvienne et le thorax en sorte que l'énergie mécanique considérable produite par les muscles des membres inférieurs (jumeaux, quadriceps et grands fessiers) soit mieux propulsée vers les structures mobiles que sont les membres supérieurs.
Il y a donc donc plus de force transmise au projectile...

Le boulier ci-dessous illustre assez bien tout çà. Imaginons que les 2 boules de gauche représentent les jambes, la boule du centre l'abdomen et celles de droite les bras. Que se passerait-il si la bille du centre était en caoutchouc ?
Il y aurait forcément une grosse perte d'énergie. Le fait d'expulser l'air du Larynx ( ce qui, selon la violence de l'expulsion, provoque ou non un cri ) contribue à gainer la région abdominale et donc à transmettre l’énergie.

( La photo n'est pas passée ! je pars à sa recherche !!!)

Alors, me direz-vous, pourquoi tous les sportifs ne le font-ils pas ?
Parce que, tout simplement, ils n'ont pas tous cette capacité. Tout comme certains sont plus souples, d'autres plus musclés etc.... le larynx, lui aussi composé de muscles, peut être petit ou grand, large ou étroit, bien musclé ou non ( ce que les chanteurs connaissent bien) et l'expiration forcée ne va pas forcément provoquer un cri chez tout le monde.

D'un autre côté, ces sportifs sont des compétiteurs et il est normal qu'ils mettent tout en œuvre pour être au maximum de leur capacité. C'est au supporter de s'adapter me semble-t-il. Imaginons qu'un nouveau moteur plus performant mais plus bruyant soit mis au point augmentant les performances des pilotes des 24 heures du mans. Qui songerait à demander l'interdiction de l’utilisation de ces moteurs sous prétexte que le bruit engendré dérange les spectateurs ? ...


Dernière édition par soleil vert le Mar 7 Mai - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 11:15

Merci Soleil Vert pour ta réactivité, qui me donne déjà l'agrément de ne pas avoir l'impression de parler tout seul, même si c'est de ma faute car ce sujet n'est pas sur le bon forum et s'est développé par hasard, comme ça, à l'envi... clown

Je sais que l'affaire des cris fait débat (ou n'en fait plus, vu qu'on laisse crier). Je constate aussi que les cris de Sharapova, Williams et d'autres n'ont pas l'air de déranger leurs adversaires. Cela ne remet pas en cause non plus le talent de Sharapova qui est une grande athlète et la seule, avec Azarenka, LiNa, Kvitova ou Kuznetsova, à pouvoir contrer l'exceptionnelle puissance de Serena. Tes infos scientifiques sont intéressantes, et doivent avoir une part de vrai. Je ne sais pas dans quelle mesure on peut s'adapter aux cris de l'adversaire, qui en s'imposant de la sorte impose aussi sa volonté de gagner à l'adversaire, et dans ce cas-là on peut aller très loin. Je pense qu'il faut fixer des limites, mais ce n'est pas à moi d'en juger. Si les adversaires ne sont pas perturbées, tant mieux, ou tant pis pour moi, car en tant que téléspectateur, je trouve ces cris insupportables.

Si tu es comme moi une observatrice attentive, tu auras aussi remarqué que Williams ou Sharapova hurlent particulièrement pendant les points importants, lorsqu'elles se sentent en danger, ou durant un bras de fer, et même lorsqu'elles ne font pas un coup qui requiert ce genre de cri, en faisant par exemple une montée au filet sur une balle courte, qui est plus stratégique que physiquement éprouvante. Pour moi, il est évident que ces cris sont, la plupart du temps, une façon de hurler "je ne veux pas perdre, je veux gagner". C'est psychologique. Je ne crois pas qu'elles le fassent forcément exprès, je crois qu'elles sont de type nerveux ou extériorisé, mais je pense que ça peut, et doit, se contrôler. Le self-control fait aussi partie du tennis (en cela je n'ai jamais eu la moindre admiration pour les crises de nerf de McEnroe, qui est pourtant le joueur le plus génial que j'ai jamais vu). J'ai par ailleurs vu des matchs où Sharapova jouait très bien sans hurler.

J'ai vu sur YouTube le cas curieux d'une joueuse qui fait claquer sa raquette sur le sol lorsqu'elle est au fond du court, notamment juste avant d'anticiper sur une course à gauche ou à droite, une manie, un tic, je ne sais pas... et bien l'arbitre lui a interdit de continuer à faire ça, en décrétant que c'était délibérément perturbant pour l'adversaire. Je crois que c'est cette notion de "volonté délibérée de perturber l'adversaire" qui fait loi pour l'instant. On estime que Sharapova et Williams ne crient pas pour perturber l'adversaire, mais parce que ça fait partie intégrante des efforts qu'elles déploient pour leur jeu. Selon moi, ce n'est qu'une partie de la vérité. L'autre vérité, c'est que ces cris font aussi partie des efforts déployés pour ne pas perdre, et en quelque sorte, crier sa rage de vaincre à la face de l'adversaire.

Si Williams et Sharapova sont des exemples de jeux pour demain (il se trouve que ce sont elles qui jouent le mieux), il est à parier que la plupart des championnes de demain hurleront toutes, et je crains fort que le tennis y perde de son charme.

Pour en venir à Wozniacki (qui est une grande amie de Sharapova, à ce que j'ai pu voir sur le net), j'ai été particulièrement séduit par un de ses matchs que j'avais suivis sur le net il y a quelques semaines, d'où mon favoritisme. Mais il est vrai qu'elle n'a pas fait un excellent début d'année, et que son jeu n'est pas aussi varié qu'il pourrait l'être. Le plus impressionnant chez elle, c'est sa régularité, et son moral d'enfer (et son humour aussi, qui m'a beaucoup amusé dans une interview où elle avait d'avance préparé les questions puisqu'on lui pose toujours les mêmes!). Elle ne fait quasiment jamais de faute, possède une excellente longueur de balle, mais si elle se retrouve trop sur la défensive face à une joueuse plus puissante qu'elle, elle ne trouve pas de réponse. Il faudrait qu'elle monte un peu plus au filet, comme sait le faire une autre joueuse que j'adore et n'ai pas mentionnée: la belle, la très belle, la sublime Ana Ivanovic. geek

Je ne déteste pas Sharapova, mais elle hurle tellement que lorsqu'une adversaire la bat en silence, je suis proche de l'orgasme. clown


Dernière édition par Honeymoon le Mar 7 Mai - 19:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 11:26

Un petit mot sur Steffi Graf: ce fut un régal pour moi de la voir jouer rien que pour son jeu de jambes. Un peu comme de voir une danseuse sur un court. Un match de Steffi Graf, c'est un ballet. On pouvait dire la même chose de Bjorn Borg ou, dans une autre discipline, Mohammed Ali.

Et puis, Graf battait Seles en silence. Je te raconte pas les orgasmes à répétition! Laughing

En même temps, Seles avait aussi un jeu extraordinaire, je l'admets volontiers. Ses matchs contre Graf, comme ceux d'Evert contre Navratilova, étaient superbes.

Les plus belles jambes que j'ai vues depuis Steffi sont celles d'Elena Dementieva. Quelle athlète! Et quel bel esprit.

Bon, je retourne au début du XXème siècle, j'ai encore appris des trucs ce matin. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soleil vert
Membres
Membres


Féminin Messages : 62
Date de naissance : 07/03/1949
Date d'inscription : 22/04/2013
Age : 68
Localisation : cannes

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 11:58

Pour la photo, ce ne sera pas pour aujourd'hui (mais, somme toute, ce n'est que la photo d'un boulier!) Je n'ai pas de barre d'outils pour la rédaction des messages sur ce forum. Peut-être simplement des réglages à faire car j'ai passé le w-end à installer Windows 8 sur mon nouvel ordi et il y a du boulot !
Ana Ivanovic, bien sûr ! j'adore la voir jouer!
pour " le cri " (En d'autres temps Edvard Munch aurait pu nous donner son avis sur la question ! ) les lanceurs de disques reconnaissent que crier leur donne plus de puissance. Cela me parait normal de crier plus fort quand les points sont plus importants et demandent donc de mobiliser plus d’énergie. Rien à voir avec les tiques et manies. On ne peut pas reprocher à un sportif ( et ce, dans bon nombre de disciplines) de chercher à avoir plus de puissance.
Maintenant, c'est comme partout, il y a " le système " et " les dérives du système "
A l'arbitre de juger à partir de quand on rentre dans les dérives du système ...
Je reprends mon message car je n'avais pas vu que tu en avais ajouté un. J'attends donc la suite ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 12:13

Je pensais aborder le tennis de l'entre-deux guerres, mais je continue d'apprendre des trucs sur le tennis d'avant-guerre, notamment sur http://www.tennisforum.com et sa section "Blast from the Past". J'ai donc appris que la Russie avait aussi ses championnats à St Petersburg dès 1903, que les championnats féminins s'ouvrirent dès 1910, et que la première championne russe avait pour nom Nadezhda Martynova, dont voici une photo.



J'ai aussi appris, pour ma plus grande surprise, que des joueurs occidentaux y participèrent, comme Elizabeth Ryan chez les femmes et le français Max Decugis chez les hommes.

Pour en revenir à May Sutton, dont a priori le palmarès n'est pas fabuleux si on ne tient compte que des épreuves ancestrales du Grand Chelem, puisqu'elle n'a gagné qu'une fois les championnats des USA (qui se tenaient à Philadelphie) et deux fois Wimbledon, il convient de resituer certains points dans leur contexte: l'US Championship se situait sur la côte Est, et May Sutton n'y joua qu'une fois (en 1904), et a gagné. A cette époque, la plupart des grandes joueuses se trouvaient en Californie, et se rendaient plus volontiers au Pacific Coast Championship de Del Monte, que May Sutton a remporté huit fois entre 1901 et 1912, sans parler des Tri-State Championships de Cincinatti (Ohio), Pacific Northwest Championships de Tacoma (Washington), Western Championships de l'Illinois, US Clay (clay= terre-battue) Championships de Pittsburgh (Pennsylvanie), et même les Championnats de Mexico de 1909.

May Sutton n'a pas le palmarès d'une Helen Wills parce que les tournois majeurs n'étaient pas encore clairement définis à l'époque, et parce que les voyages à effectuer étaient éprouvants. Il en sera de même d'ailleurs pour les joueuses de l'entre-deux guerres. Lenglen ne vint qu'une fois disputer l'US Championship, mais avait été éprouvée par la traversée (c'est ce qu'on raconte du moins). L'US Championship ne regroupait pas assez de joueuses d'Europe pour être tout-à-fait majeur. Ce problème durera longtemps pour l'Open d'Australie, jusque dans les années 80! Quant au French Open, il ne sera international qu'à partir de 1925. Il n'y a guère qu'à Wimbledon que les vrais matchs de stature internationale se joueront, chez les femmes, à partir de 1919, et surtout 1922, année où le challenge est aboli, où le tenant du titre devra passer par les qualifs comme tout le monde... non mais! Ce qui n'empêchera pas Lenglen de gagner tous ses matchs 6-0, 6-0. clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 12:18

soleil vert a écrit:
Pour la photo, ce ne sera pas pour aujourd'hui (mais, somme toute, ce n'est que la photo d'un boulier!) Je n'ai pas de barre d'outils pour la rédaction des messages sur ce forum. Peut-être simplement des réglages à faire car j'ai passé le w-end à installer Windows 8 sur mon nouvel ordi et il y a du boulot !
Ana Ivanovic, bien sûr ! j'adore la voir jouer!
pour " le cri " (En d'autres temps Edvard Munch aurait pu nous donner son avis sur la question ! ) les lanceurs de disques reconnaissent que crier leur donne plus de puissance. Cela me parait normal de crier plus fort quand les points sont plus importants et demandent donc de mobiliser plus d’énergie. Rien à voir avec les tiques et manies. On ne peut pas reprocher à un sportif ( et ce, dans bon nombre de disciplines) de chercher à avoir plus de puissance.
Maintenant, c'est comme partout, il y a " le système " et " les dérives du système "
A l'arbitre de juger à partir de quand on rentre dans les dérives du système ...
Je reprends mon message car je n'avais pas vu que tu en avais ajouté un. J'attends donc la suite ...

Ce forum est loin d'être parfait, la barre d'outils ne s'affiche pas toujours, quand ça m'arrive je dois revenir en arrière et attendre qu'elle s'affiche, c'est assez laborieux...

Et qu'importe que nos messages s'entrecroisent, ça donne l'impression que ce forum est super animé! geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 14:20

Et l'Australie? Me direz-vous. Et bien oui: les Australiens comptent, le tennis s'y est développé aussi tôt, dès le XIXème siècle, et de nombreux tournois furent organisés sur tout le continent. Officiellement, l'Open d'Australie (ou une version pionnière) chez les femmes n'existe que depuis 1922. Mais il y eut plein de tournois australiens avant 1922, et des championnes remportant régulièrement des coupes (et pas seulement des coupes de cheveux clown). Une certaine Phoebe Howitt (épouse Cater) pour commencer, à cheval sur les XIXème et XXème siècles (vu que l'automobile n'existait pas encore clown), et surtout une certaine Rose Hannah Payten, qui domina outrageusement la compétition de 1900 à 1907, avant de choisir de se retirer sur les conseils de son médecin (à l'époque on pensait que le tennis pouvait être mauvais pour la santé, parce que des joueuses souffraient de problèmes cardiaques). De l'avis de nombreux observateurs, cette Rose Payten était l'égale de May Sutton ou Dorothea Lambert Chambers, mais comme elles ne se sont jamais rencontrées on ne le saura jamais. Si vous understandez l'anglais et possédez une bonne vue, vous pouvez en savoir un peu plus sur cette Rose Payten ici.

Jusqu'aux années 20, les australiens considéreront Payten comme la meilleure joueuse australienne qui ait jamais existée. Jusqu'à l'arrivée des Margaret Molesworth, Esna Boyd, Daphne Akhurst, Coral Buttsworth, Joan Hartigan, Nancye Wynne Bolton, bref, toutes ces premières championnes officielles de l'Open d'Australie, qui viendront se frotter aux meilleures joueuses du monde à Wimbledon, Roland-Garros ou l'US Open dans les années 20, 30, 40...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mar 7 Mai - 16:47

Nous allons aborder le cas Suzanne Lenglen. C'est l'après-guerre, le changement d'époque est dans l'air, les femmes se libèrent, et l'impact de Lenglen est un tout: ses tenues (plus légères que chez n'importe quelle autre joueuse de l'époque, sauf peut-être Molla Mallory), son attitude (peu maniérée, quoique citadine), et bien sûr, son jeu.



Cette photo est extraordinaire. On dirait Bip-Bip - vous savez, l'autruche qui court si vite qu'elle vole? clown De plus, on croit qu'elle a des plumes sur la tête alors qu'il s'agit des feuilles d'un arbre en arrière-champ. geek Et puis on dirait qu'elle court vers la droite pour effectuer un revers sur la gauche, comme si elle était prête à être partout en même temps. Ici, l'expression "survoler" un match est à prendre au propre comme au figuré!

Suzanne attirait tellement les foules qu'ils durent changer de stade à Wimbledon en 1923, pour contenir plus de spectateurs. Je ne suis pas sûr que ce soit seulement la qualité de son jeu qui attira les foules. Je pense que c'est parce qu'elle coincidait avec l'air du temps. Son look, son bandeau de couleur vive autour de la tête (elle en portait un de couleur différente pour chaque match), et les louanges jalonnant la presse, tout ça paraissait révolutionnaire, et plein de fraîcheur et de légèreté, puisqu'elle avait l'air de gagner ses matchs avec une vivacité inconnue, une facilité, une désinvolture, et même une certaine esthétique inspirée de ses cours de danse. Suzanne courait partout sur le terrain, était sur toutes les balles, ne faisait aucune faute, la voir jouer était un spectacle nouveau, vivant, revigorant, qui éveilla un intérêt populaire pour un sport qu'on pouvait juger, jusqu'alors, anodin, austère ou ennuyeux.

Pour être dans l'époque, une chanson de Mistinguett jocolor


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honeymoon
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Messages : 2431
Date de naissance : 18/01/1969
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 48
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tennis   Mer 8 Mai - 15:08



Sur un plan strictement tennistique, voici quelques témoignages éclairants sur le jeu de Suzanne Lenglen:

Mary Kendall Browne: Lenglen avait un jeu de jambes d'une rapidité singulière, mais ce qui la distinguait était son sens tactique. Elle n'était pas très puissante et ne montait pas souvent au filet, mais elle avait été entraînée depuis l'enfance à la plus extrême précision, à des séquences et des combinaisons de coups adaptées au jeu de l'adversaire. Ses coups passaient largement au dessus du filet et mettaient l'adversaire hors de position sans chercher à être immédiatement gagnants. Helen Wills avait des coups plus sévères, mais aucune joueuse n'égalait Lenglen sur le plan tactique. Pendant notre tournée professionnelle, le public était souvent surpris par la relative mollesse des coups de Lenglen, mais je peux vous assurer que ses balles molles étaient très difficiles à jouer. Elle donnait à ses coups des effets variés, et quand vous pensiez pouvoir frapper une balle pleinement pour faire un coup gagnant, ça partait de travers. Bien que nous devînmes amies durant la tournée, il n'était pas question pour Lenglen de perdre un seul match, et des trente-huit matchs que nous disputâmes, n'en perdit aucun. Les deux seules fois où je réussis à lui prendre un set, elle haussa encore son niveau de jeu pour l'emporter.

Elizabeth Ryan: Lenglen possédait tous les coups du tennis, et savait les employer à bon escient. Elle n'offrit jamais à un adversaire deux fois le même coup. Elle vous faisait courir des kilomètres... tout son jeu était basé sur le placement. Je possédais le meilleur amorti du circuit: non seulement elle n'avait aucune difficulté à l'atteindre, mais elle savait la plupart du temps le renvoyer où elle le désirait. Elle avait une longueur de foulée incomparable, et ne faisait tous ces mouvements curieux qu'après avoir frappé la balle. Sans doute était-elle théâtrale car elle était l'objet d'une immense adulation depuis l'enfance... mais elle était la meilleure joueuse de toutes, sans aucun doute.

Ci-suit l'analyse du chroniqueur A. Wallis Myers dans son livre Twenty Years of Lawn Tennis (1920). Ce livre est exclusivement axé sur le tennis masculin, mais un chapitre est consacré à Suzanne Lenglen (ce qui donne une idée de l'impact qu'elle eut assez tôt):

J'ai eu la chance d'assister à une finale du double mixte de Cannes en 1913, sa raquette semblait aussi grande qu'elle. Ce qui m'impressionna déjà, et m'impressionnera encore sept ans plus tard quand je fus son partenaire à Menton, n'était pas tant l'assurance de ses retours ou l'extrême précision de ses coups pour un si jeune âge, mais sa faculté de couvrir le terrain et d'accélérer pour atteindre les balles les plus distantes. Je n'avais jamais vu de joueuse aussi rapide. Elle ne courait pas, elle bondissait, et contrôlait si bien ses sauts qu'elle gardait sa précision de frappe en fin d'effort, et savait se replacer immédiatement pour exécuter le coup suivant, sans le moindre signe d'essoufflement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tennis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tennis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tennis
» tennis : tournoi WTA de Paris-Coubertin
» Mobiles : les clients de Bouygues et de SFR privés de tennis
» Le tennis
» diffusion des tournois de tennis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On n'demande qu'à en rire :: Espace pause café & présentation :: Espace libre-
Sauter vers: